L’extension de la couverture retraite aux travailleurs du secteur informel en Afrique au cœur d’un atelier à Cotonou

L’Unité de coordination du projet Assurance pour le renforcement du capital humain (Arch), en collaboration avec la Banque mondiale organise depuis ce mercredi 29 mai 2019, un atelier sur « l’extension de la couverture retraite aux travailleurs du secteur informel en Afrique ». Prennent part à cette rencontre, les responsables gouvernementaux des institutions de retraite, les ministères et les agences de surveillance de quinze pays ainsi que des représentants des organisations régionales de réglementation en Afrique de l’Ouest. Il a pour objectif de promouvoir une discussion ouverte sur l’extension de la couverture retraite au secteur informel. Pour la représentante résidente de la banque mondiale au Bénin, Katrina Sharkey, l’extension de la couverture retraite au vaste secteur informel reste un défi pour l’Afrique. Dans la région, elle est limitée à un petit groupe de la population du secteur formel qui peut cotiser aux systèmes de retraite existants pour épargner en vue de la retraite. C’est le ministre d’Etat chargé du plan et du développement, Abdoulaye Bio Tchané qui a procédé à l’ouverture de l’atelier. Dans son discours, il a remercié la banque mondiale pour le choix porté sur le Bénin. Selon ses dires, cette rencontre offre un éventail bien fourni d’expertise et d’expérience sur le sujet. « Je ne désespère pas de cet atelier qu’il va se révéler une grande importance pour l’amorçage en Afrique d’un système de retraite pertinent et en lien avec nos réalités nationale et régionale », a-t-il ajouté. Les travaux de l’atelier prennent fin vendredi prochain.

Les commentaires sont fermés, mais les rétroliens et les pings sont ouverts.